Depuis la déferlante Propaganda en 2015, Kemar, Shanka, Thunder B, Gaël et Popy brûlent les planches.
No one est un groupe qui fait du bien en assumant pleinement un message et un discours humaniste, enragé, qui résonnera autant par un succès discographique que par des concerts d’anthologie sur la grande scène du Hellfest, en ouverture d’AC/DC et des Insus au Stade De France, en double affiche en tournée avec Tagada Jones pendant les présidentielles.
Et bien sur, après les attentats du Bataclan à La Cigale un moment de grâce live qui exorcise l’horreur en accueillant sur scène des survivants de l’attaque de Charlie Hebdo…
C’est aujourd’hui un groupe soudé et exalté qui est de retour avec un nouvel album, baptisé Frankenstein, de nouveau produit par Fred « El Magnifico » Duquesne. On y retrouve l’équipée sauvage toujours aussi percutante dans la musique et dans les textes (plusieurs co-écrit avec Manu De Arriba, compagnon de la première heure). « Frankenstein est un disque puissant, agressif, mais il est aussi foncièrement contre l’escalade de la violence, contre le colonialisme et la guerre. Nous sommes un groupe qui est dans le réel, lié à l’actualité, No One, c’est ici et maintenant.» Toujours fidèle à son ADN, entre des racines chez Black Sabbath, Rage Against The Machine, les Stooges, No One sait surprendre avec une formule à l’épreuve du temps : riffs implacables, groove, hymnes incarnés. Une formule qui les impose encore et toujours dans le cercle restreint des chefs de clans du rock à grosses guitares.

Renseignements et réservations : www.sallediffart.com